Le dossier du mois

Tourisme – Plaisirs simples et inoubliables

L’arrivée du printemps réveille la saison touristique et révèle son lot de nouvelles activités, lieux à découvrir, attractions à tester… On ne cesse de le dire, la vallée de la Meuse a du cachet. La valoriser au mieux comme destination touristique, voilà le défi auquel sont confrontés les acteurs du secteur. Perspectives et avant-goût de la saison…

L’année 2018 est dédiée à l’insolite. En parcourant les attractions pointées à cette occasion, on réalise que cette région regorge de lieux et d’activités insolites.
L’avantage d’une année thématique, c’est précisément de les mettre en exergue.
Voici donc des idées de (re)découverte et des suggestions d’évasion à deux pas de chez vous…
Les grands enjeux pour 2018


Nous avons demandé à David Lamare, directeur de l’Agence de Développement Touristique des Ardennes (Charleville- Mézières), et à Janique Liban, de la Maison de Tourisme Namur-Dinant, de pointer les grands défis pour le secteur du tourisme en 2018.

 

David Lamare donne tout de suite le ton : « Notre priorité, pour le département des Ardennes, est de développer la capacité d’accueil et d’optimiser la montée en gamme tant de l’hébergement que de l’offre de services afin de nous mettre au niveau de l’excellente offre de service belge. Nous sommes bien conscients que le développement du tourisme y a été amorcé plus tôt. La prise en compte du tourisme comme levier économique est récente chez nous. Mais aujourd’hui, tous les indicateurs sont au vert : tous les acteurs tant privés que publics se mobilisent en ce sens. C’est totalement en phase avec la stratégie de développement touristique de la Région Grand Est qui s’articule autour de cinq destinations structurantes : la Champagne, le massif des Vosges, la Lorraine, l’Alsace et l’Ardenne.

Promouvoir l’Ardenne comme une destination touristique idéale pour des courts séjours est un des axes majeurs de développement.
De plus en plus d’actions communes auront lieu entre la Wallonie et le département des Ardennes. Nous avons pris l’habitude de travailler ensemble depuis plusieurs années. Et cela vers des publics divers. De proximité d’abord. Avec une offre élargie ensuite.
David Lamare : « Nous savons par exemple que les Parisiens ou les Rémois apprécient la région pour la randonnée, ou les pistes VTT. Les Américains sont friands de tourisme de mémoire et de patrimoine. On peut donc imaginer un circuit au départ de Roissy (Paris) qui passe par Reims et entre dans notre région par le sud : le Musée Guerre et Paix en Ardennes (à Novion-Porcien), la place ducale à Charleville, le château de Sedan, les forteresses de Meuse et, évidemment, Bastogne. De même pour le public chinois, friand de routes thématiques (abbayes, gastronomie, cidreries/ brasseries) ou de circuit personnalisés.

Janique Liban, confirme la demande accrue de personnalisation : « Le comportement des touristes évolue. Tant les individuels que les groupes sont de plus en plus exigeants sur la qualité des produits proposés et surtout sur leur personnalisation. Malgré qu’il existe des forfaits associant toute une série de services, ils préfèrent une proposition sur mesure, étudiée spécialement pour eux. Ils viennent pour se ressourcer et veulent vivre quelque chose d’extraordinaire et repartir avec plein de souvenirs. Et notre défi est répondre à leur attente, parce que, aujourd’hui, un touriste mécontent le dit sur les réseaux sociaux. S’il vit une expérience incroyable, il la partagera aussi sur le web. » On imagine aisément l’impact…

 

 

 

Intéressé de connaitre notre dossier  Tourisme au complet ? Commandez notre revueou Abonnez-vous