Culture

Namur-Un p’tit tour en ville avec le Gardien des morts…

C’EST un étrange roman touristico-historico-policier que nous propose Pascal Riguelle. ‘ Sale temps pour le gardien des morts ’ est en effet, dans sa première partie, une ode à Namur et à son histoire sur fond d’enquête policière. Et, dans sa deuxième partie, un polar agrémenté de
touches d’histoire locale.
Le plaisir de lecture est donc double, ou plutôt dupliqué. Le récit emmène le lecteur dans les méandres de la psychiatrie.
Et ça marche, on se surprend à ne plus trop savoir que penser… il parvient à nous perdre, parfois. Les nombreuses incises historiques constituent un vrai risque pour l’auteur de couper le lecteur de son histoire. Mais Pascal Riguelle parvient à l’éviter en plaçant habilement ces courtes séquences dans la bouche de son personnage, Roger.
On y croit.

Situant d’habitude ses romans dans des décors plus lointains, l’auteur revient aux sources et nous sert sur un plateau une leçon d’histoire condensée et tout à fait sporadique. Il pioche au gré de ses envies dans le passé namurois et, au lieu de frustrer le lecteur, lui donne envie de creuser d’avantage… et d’aller faire un tour sur les traces de ce passé… (…..)

Pascal Riguelle, auteur namurois, est connu pour ses romans
très documentés. Il aime combiner sources historiques et suspens.
On lui doit déjà Hachichiyyin, la prophétie des assassins,
Noces rouges à Andalus et Que la lumière se taise.
SALE TEMPS POUR LE GARDIEN DES MORTS, Pascal Riguelle,
Ed. Dricot, 2017, 198 p. En vente en librairie au prix de 17 €.