Tourisme

Le bonheur est dans la yourte

Les yourtes de Véronique accueilleront bientôt leurs premiers occupants. Ici, à Durnal, on pense et on vit l’offre touristique de manière différente.

 

Rue Bonny d’Au Ban à Durnal, sur la crête qui domine la vallée de la Meuse  et celle du Bocq. Les yourtes sont plantées en retrait de la route. Trois grandes tentes rondes reliées entre elles. La plus spacieuse accueillie la cuisine, le salon, la salle à manger, la salle de bain, le coin lecture et le piano. Les deux autres servent respectivement de chambre à Véronique et à ses trois enfants. A l’intérieur, tout le confort moderne, dont un poêle à pellets qui ronronne d’aise au centre du logement.

Véronique Legrain a planté ses tentes et ses pénates sur ce coin de terre  il y a quelques années. L’objectif était d’y séjourner temporairement, en attendant la construction  d’une « vraie » maison à front de rue, un chantier qui devrait démarrer d’ici quelques mois.

Que faire alors de ces yourtes qui font maintenant partie du paysage? L’idée a vite germé de les reconvertir en chambres d’hôtes. Ce projet impose la construction de deux yourtes supplémentaires, dont le financement vient d’être bouclé via un crowfunding qui a généré plus de 10.000 € réunis par 83 donateurs.

Les deux nouvelles yourtes auront des  fonctions bien distinctes. La plus grande, 32 m2, servira de chambre, avec la possibilité d’y loger de 2 à 4 personnes. La plus petite, achetée d’occasion du côté de Rochefort, abritera  les diverses activités que Véronique compte développer dans le cadre de ce projet. Les idées fourmillent, d’autant  que la jeune femme est passionnée de cuisine, de musique, de couture, de retour à la nature et, plus largement encore, de contacts, de convivialité, d’échanges  et d’initiatives qui ont du sens.  Entre les deux yourtes, une terrasse devrait accueillir un bain finlandais chaud au feu de bois ainsi qu’un four à pain, histoire de cuire les pains, pizzas, tourtes et  autres préparations  concoctées avec les produits du jardin et la farine d’un moulin tout proche.

On s’en doute, cette nouvelle offre qui rentre parfaitement dans le cadre de cette  année consacrée par la Région Wallonne au tourisme dit « insolite ». On aurait plus exactement envie de parler de tourisme responsable et solidaire. Ainsi, le prix de la nuit ne sera pas uniquement basé sur une rémunération pécuniaire, mais aussi avec la possibilité de proposer un retour concerté vi au un échange de savoirs et/ou de services.

Pour l’instant, le socle, fait de blocs et de bois, est déjà prêt à recevoir les deux nouvelles yourtes alors qu’une longue tranchée va bientôt accueillir les impétrants.

Rendez-vous  au début de l’été, pour l’inauguration des Chamayourtes de Véro and Co.

 

Pour des infos supplémentaires:  les yourtes de Véro&Co.

Jean-Marie Antoine