Portrait

Un Flamand pour « dire » la messe en wallon

(c) Catherine Dethine
Le lundi des Wallonie à Namur, Bernard Van Vynckt célèbrera sa première messe en wallon sans l’abbé Paul Malherbe. Rencontre avec un homme qui, comme le curé de Saint-Jean, aime à cultiver l’amour de la langue wallonne et des «  petites gens  ».

 

«  Mes parents sont flamands d’origine. Pour ma part, je suis né à Meux et c’est bien namurois.  »  A l’écouter, l’histoire de l’abbé Bernard Van Vynckt aurait très bien pu gagner le concours de menteries des 40 Molons. Et pourtant, pour la 3ème fois consécutive, ce curé qui a officié à Yvoir pendant 10 ans avant de retourner en terres marchoises, va participer à la messe en wallon du lundi. Mieux. Cette année, il la célèbre en solo. 

 

Sa rencontre avec le wallon, il la doit à son voisin de Meux  : Paul Gilles. Technicien à la RTB (comme on disait à l’époque), c’était une personnalité locale intéressée par l’histoire et la langue wallonne. «  Quand je l’ai entendue, j’en ai apprécié la musicalité mais aussi l’humour décalé. Elle permet de dire des choses fortes sans se prendre au sérieux.  » …

 

 

Intéressé de connaitre la suite de notre article ? Commandez notre revueou  Abonnez-vous