Histoire

Entre francité et germanité

Saint Empire 1648

Le Namurois a vécu en son histoire la situation paradoxale d’être culturellement proche de la France et de la romanité, tout en dépendant le plus souvent politiquement du domaine germanique.
Cela ne lui est pas propre, même si aucune des principautés « belges » voisines n’a connu exactement la même histoire. Comment cette situation est-elle survenue et a-t-elle évolué, comment a-t elle été vécue, c’est ce que je tenterai de raconter en quelques mots…

 

La frontière de la romanité

Namur a sans doute été fondée sous le gouvernement de Drusus, fils adoptif d’Auguste, quelques années avant notre ère. On n’y trouve en effet avant cela aucune trace d’habitat permanent. La région a connu une latinisation rapide et une longue pax romana (paix romaine) jusque vers 270, moment des premières invasions et destructions franques. Des incursions plus importantes, vers 355, marquent la première ligne de partage entre romanité et germanité : les Francs sont en effet autorisés à s’établir au nord de la grande chaussée Bavai – Cologne. Ils en profitent, tandis qu’au sud de cette ligne, seules des communautés (les « Lètes ») s’installent : la frontière linguistique qui divisera la Belgique naît ainsi et restera pratiquement inchangée. Quand les peuples francs déferlent sur la Gaule fin 406, ils sont trop dispersés pour en modifier la langue, d’autant que ces nouveaux maîtres tablent sur la continuité.

De partage en partage

La mort de Clovis, en 511, amène entre ses fils un premier partage fondateur : Austrasie à l’est, Neustrie à l’ouest, séparées par la grande forêt charbonnière. La vallée de la Meuse est du côté de l’Austrasie qui prend le dessus sur sa rivale au VIIe siècle, grâce à la famille des Carolingiens : après Pépin le Bref, roi des Francs, vient Charlemagne.

A la disparition du grand empereur en 814, la situation est chaotique. Le traité de Verdun (843) divise l’empire entre ses trois petits-fils. (…)

 

Grandes Conférences Namuroises de l’Université de Namur : http://www.gcnamur.be/

Cette conférence se tiendra le mardi 10 octobre  à 20h15 dans le grand amphithéâtre Pedro Arrupe, Sentier Thomas – 5000 Namur (entrée par la rue Grandgagnage).

 

Intéressé de connaitre la suite de notre article ? Commandez notre revue ou  Abonnez-vous