Culture

Namur – Les Zouaves de Sami Geagea au rond-point de Malonne-Port

Pas moyen de les rater…  Ils mesurent plus de 5 mètres de hauteur et pèsent une tonne chacun. Les Zouaves de Malonne s’apprêtent à prendre possession de leur nouveau QG, le rond-point de Malonne-Port (Namur). Leur géniteur est le sculpteur namurois Sami Geagea. Passionné par la recherche des formes et le travail de différentes matières, il a une longue expérience dans la sculpture, qu’elle soit en bois, en terre, en marbre, en pierre ou en métal. Sami Geagea a enseigné à l’institut Ilon Saint-Jacques à Namur pendant une vingtaine d’années et a participé à de nombreuses expositions dans la région.

L’initiative est 100 % locale : les sculptures ont été réalisées par un artiste du cru dans l’atelier de ferronnerie Jacky Henry, à Malonne, avec des matériaux fournis par une usine installée dans l’entité (Disteel).

L’idée de créer cette sculpture monumentale a été lancée en mai 2018 par la Compagnie Saint-Berthuin des Zouaves de Malonne à l’occasion de son 120e anniversaire. Le projet a très vite séduit le Bourgmestre Maxime Prévot, en charge de la culture, puisqu’il s’inscrit dans la dynamique de Namur Confluent Culture : intégrer l’art dans l’espace public, soutenir les artistes locaux et valoriser le folklore namurois. « Ces statues, c’est un engagement que j’ai formulé lors de leur 120e. J’ai veillé ensuite à le concrétiser en dégageant les budgets utiles, comme je le fis et le ferai encore pour d’autres associations folkloriques. »

© Photos : Jean-Marie Antoine

Culotte bouffante, veste courte de style boléro, ceinture de laine enroulée autour de la taille, chechia ornée d’un pompon sur la tête et fusil à la main… Les deux Zouaves de Malonne arboreront l’uniforme traditionnel mais en taille XXL et en version métallisée. Installés dos à dos, l’un tourné vers Floreffe et l’autre vers Namur, histoire d’être vus par tous les automobilistes et piétons, ils seront aux premières lignes lors des futures marches processionnaires de la Compagnie Saint-Berthuin.

En poste sur le rond-point de Malonne dès le 4 septembre, après 7 mois de réalisation (et trois mois passés dans le Hangar de Champion en raison de la crise sanitaire), les Zouaves de Sami Geagea viennent ainsi compléter un parcours de sculptures dédiées au folklore namurois. On y retrouve D’Joseph et Francwès de Suzanne Godart (place d’Armes), les Echasseurs de Guy Leclerc (rond-point des Ardennes), Les Cotelis et Masuis jambois de Suzanne Godart (place Joséphine-Charlotte à Jambes) et dernier en date, le Molon de Vinciane Renard sur la place Maurice Servais à Namur.

Le contexte : Namur Confluent Culture

Ce projet rencontre trois axes de Namur Confluent Culture : l’intégration de l’art dans l’espace public, le soutien aux artistes locaux et la valorisation du folklore namurois.

« L’art s’intègre et s’exprime de multiples façons dans le domaine public. Street Art et art dans la rue rythment le parcours urbain des promeneurs, des touristes, des étudiants, des chalands… L’art s’impose dans le quotidien, sur le chemin de la boulangerie ou de l’école, gagne la curiosité populaire, habitue les passants à l’étrange et s’offre à tous, sans l’obstacle des finances, du guichet ou des portes.

Vues par des milliers de personnes, les sculptures en ville apportent à leurs créateurs une reconnaissance plus rapide qu’un circuit classique. L’interaction est plus forte lorsque les œuvres sont désacralisées hors des lieux traditionnels d’exposition et abandonnées aux promeneurs.

L’art s’infiltre en douceur dans les rues namuroises et il est de notre volonté d’accentuer sa présence dans le paysage.

Pour développer son parcours artistique urbain, la Ville commandera ou achètera des œuvres auprès des artistes internationaux, mais, aussi locaux.

Soutenir le folklore namurois, c’est sauvegarder nos traditions, mais aussi écrire l’histoire culturelle locale, une histoire humaine bien vivante et bien vécue. »

Extrait du Livre blanc Namur Confluent Culture, adopté par le Conseil communal le 17 octobre 2013.

 

L’artiste : Sami Geagea

  • Né à Beyrouth au Liban le 5 mars 1949, installé à Namur depuis 1974
  • A étudié l’architecture d’intérieur et le design à Bruxelles
  • Membre du bureau d’architecture namurois de Roger Bastin pendant 4 ans
  • Indépendant dans le domaine de design et de l’architecture pendant 6 ans
  • Enseignant à l’institut Ilon Saint-Jacques pendant 27 ans, responsable de la section décoration.

Son œuvre-phare ? La sculpture « Etreinte, entre Sambre et Meuse » taillée dans un bloc de petit granit de près de 4 tonnes.

Sa dernière réalisation dans le Namurois ?  La scénographie et les dioramas du Musée de la Fraise de Wépion en collaboration avec Claude Laverdure, dessinateur et graphiste.

Sa dernière expo ? (ASTRO) à la parfumerie Guy Delforge (Citadelle de Namur).

Son parcours de sculpteur ?

Sami Geagea a tout d’abord caressé et modelé la terre, puis taillé et sculpté le bois. Il s’est ensuite frotté à la pierre et le marbre noir de Mazy pour en extraire la plénitude des formes. Puis est venu le temps d’une nouvelle aventure artistique : s’attaquer au métal, à l’acier.

Pour relever ce défi, il a dû s’équiper en conséquence: lunettes, casque et gants. Sans oublier la meuleuse, le poste à souder, le chalumeau, la disqueuse.

Un ami, Jacky Henry, ferronnier à Malonne, lui a transmis les techniques et l’intelligence gestuelle, du cintrage et de la découpe, de la soudure et des finitions.

« Au fond de l’austère atelier, la magie opère dans un jaillissement d’étincelles. Voici que l’acier rougit, se cabre, puis s’offre et se révèle, tout en gardant heureusement sa part de mystère, d’inattendu. Voilà que la soudure dévoile de nouvelles perspectives, qu’elle ne se donne en points de force qui défient parfois les limites de la raison. Le métal se transcende, s’humanise et cède naturellement la place à l’âme sensible de l’artiste »

Le choix de l’acier ?

L’acier permet des élancées aériennes qui font volontiers cause commune avec les exigences monumentales imposées par la spécificité des lieux et la nécessité d’une visibilité maximale.

L’acier s’accorde aussi avec la volonté de la démarche artistique, résolument contemporaine.

Chaque sculpture a une hauteur de 530 cm et un poids d’environ 1000 kg. Leur réalisation a demandé 7 mois de travail. Les deux sculptures en acier sont traitées avec une finition patinée. Une base octogonale en béton armé permet une fixation durable.

Le lieu ?

Le rond-point de Malonne, au lieu-dit du port, sur la N90, marque l’entrée du « Pays des marches de l’Entre Sambre-et-Meuse ». C’est le point de départ de la grande Marche Saint-Berthuin, le dimanche de Pentecôte et de la petite marche en novembre.