Culture Evènements

Namur – Expo – Contemplation fragile – Jusqu’au 19 janvier

Contemplation fragile, une exposition – trois lieux d’exception –  trois thématiques : le TreM.a-Musée des Arts anciens – Enroulements, l’église Saint-Loup – Cires habillées, et Les Bateliers/Arts décoratifs – Idée d’Eden.

Au départ de cette triple exposition, il y a la collection “Trésors de Ferveur”, de Chalon-sur-Saône. Elle rassemble des objets de piété à usage domestique, du 17e siècle à la Révolution française, puis au 19e siècle. Ils étaient réalisés, la plupart du temps, par des religieuses mais aussi, parfois, par des artisans. Présentés sous différents angles, ces objets de piété témoignent d’une préoccupation singulière de la vie à l’époque, assurer le salut de son âme à travers une pratique quotidienne : la dévotion populaire par l’acquisition de boîtes reliquaires. D’étonnant objets qui prennent des formes aussi diverses que des cadres, boîtes, cires habillées, décors floraux, animaux… Plongée dans un monde étrange…

Enroulements au TreM.a-Musée des Arts anciens

(c) CVdB

En écho aux oeuvres d’orfèvrerie d’Hugo d’Oignies, dans leur écrin habituel, les boîtes de dévotions réalisées par les nonnes mettent une belle claque aux adeptes de la récup’ d’aujourd’hui. Elles avaient une sacré longueur d’avance. Avec des matériaux de récupération : bandes de papier, mies de pain, coquillages, bouts de miroirs composent des tableaux paradisiaques et baroques inspirés des travaux de broderie et de dentelle. La vraie richesse de ces oeuvres : la patience et la minutie déployées par ces nonnes et la complexité des minuscules pièces entremêlées pour composer un écrin digne aux fragments d’os, reliques des saints et des saintes. Ce travail fastidieux, répétitif et précis constituait pour elles un moment de prière. Une des techniques utilisées par les moniales, le papier-roulé est toujours utilisée aujourd’hui, sous le nom de “quilling”. Les plus audacieux -ou les plus habiles- peuvent s’y essayer après la visite…

Cires habillées, à l’église Saint-Loup

(c) CVdB

A Saint-Loup, on peut voir des cires habillées nancéennes du 18e siècle. C’est-à-dire ? Les Amis de l’Eglise Saint-Loup ont choisi, dans la collections de “Trésors de Ferveur”, des tableaux de cires et d’étoffes représentants des saints et saintes connus chez nous : saint Nicolas, sainte Barbe, saint Hubert… ou liés à saint Loup : saint Ignace ou saint François Xavier. Concrètement, il s’agit de tableaux en bas-relief placés dans un caisson, avec un ou plusieurs personnages dont la tête et les mains sont en cire, et vêtus de riches étoffes. Déjà connu en Allemagne, cet art a gagné une belle réputation comme expression d’une création naïve et populaire au 18e siècle, grâce aux frères Nicolas et François Guillot, de Nancy à la cour du roi Louis XV.

Ici aussi, on peut découvrir des tableaux à papiers roulés, réalisés par des carmélites. Cloîtrées, ces religieuses envoyaient parfois à leur famille la représentation de leur cellule en guise de souvenir. Une de ces oeuvres est à voir dans les vitrines de Saint-Loup.

Les oeuvres sont mises en perspective avec l’architecture et le mobilier de l’église chaque fois que possible.

Idée d’Eden, aux Bateliers/Arts décoratifs

(c) CVdB

C’est probablement le plus festif des trois lieux d’exposition. En écho aux fleurs, très présentes dans la décoration de cet hôtel de maître du 18e siècle, les boîtes reliquaires choisies ici évoquent des paradis chatoyants, des déserts mystérieux, des paysages merveilleux habités de personnages et d’animaux en verre filé. Des corbeilles de fruits, des cornes d’abondance, une profusion de fleurs. A travers les oeuvres disséminées dans les pièces du premier étage – ouvert pour l’occasion- l’esprit de Noël et les fêtes de fin d’année sont interprétés : plaisir de rassembler la famille autour du sapin, émerveillement, monde merveilleux, plaisirs simples de l’enfance…

Cette exposition étonnante est l’occasion de redécouvrir ces lieux emblématiques du patrimoine namurois.

Le le TreM.a-Musée des Arts anciens et ses collections d’histoire et d’histoire de l’art, notamment le Trésor d’Oignies (13e siècle) et la collection des peintures de Henri Blès (milieu du 16e siècle).

L’église Saint-Loup et ses boiseries d’esprit baroque dont ses 10 confessionnaux impressionnants, magnifiquement restaurés. Joyau de l’architecture namuroise.

Les Bateliers/Arts décoratifs, musée en mutation dans une demeure prestigieuse du 18e siècle met en scène une riche collection d’art décoratif des 17e au 19e s. (peinture, sculpture, orfèvrerie, faïence, cristaux, mobilier, tapisserie…).

L’occasion, aussi, d’une belle balade dans le Vieux Namur, au coeur de la ville, d’une institution muséale à l’autre.

CVdB

Infos:

TreM.a

Mardi > Dimanche 10 à 18h
Fermé les lundis et les 24, 25, 31/12/19 et 01/01/20

Les Bateliers / Arts décoratifs

Mardi > Samedi > 10 à 18h
Dimanche > 13 à 18h
Fermé les lundis et les 24, 25, 26, 31/12/19, 01 et 02/01/20

Eglise Saint-Loup

Vendredi > 14 à 17h
Samedi  > 11 à 17h
Dimanche   > 14 à 17h
Fermeture les 15, 25/12/19 et 01/01/20