Culture

Les arts forains de Namur en mai

Si vous croisez Janines, arrêtez vous pour admirer cette marionnette et le fantastique travail de sa manipulatrice.
Si vous croisez Janines, arrêtez vous pour admirer cette marionnette et le fantastique travail de sa manipulatrice.

C’est l’un des rendez-vous incontournables dans la capitale de la Wallonie. Cabarets sous chapiteau, animations de rue, entresorts, marionnettes, ambiance musicale : la ville devient une gigantesque fête.

 

En terme de fréquentation, c’est le deuxième plus gros événement à Namur, après les indétrônables fêtes de Wallonie. Au-delà de ce succès populaire, le Festival des Arts Forains Namur en mai est une fantastique opportunité pour tout un chacun, en famille ou entre amis, de s’offrir une cure salutaire de rire, de folie, de magie ou d’émerveillement.
On sait qu’une nouvelle équipe, placée sous la direction de Samuel Chappel, préside aux destinées du festival  depuis l’édition de 2016.

Comme le contrat conclu avec la ville portait sur trois ans, l’opérateur actuel sera sans (aucun) doute sur la ligne de départ pour participer au nouvel appel à projets qui sera lancé dans les prochains mois et portera sans doute cette fois sur un bail de 5 ans. Inutile de préciser
que cette édition sera à nouveau un test grandeur nature pour jauger la compétence de l’équipe en place.

Quelques chiffres déjà : l’édition 2018, c’est 60 spectacles dont 20 créations et 31 premières belges, pour un total de 330 représentations réparties sur une vingtaine de lieux dans la ville.

Pour mettre les choses en place, on peut déjà vous donner rendez-vous sur celle de Saint-Aubain où sera installé le chapiteau des Baladins du
Miroir ainsi que l’une des deux billetteries.

La place Servais accueillera l’incontournable cabaret qui se décline en trois formules (Grand, Coquin et Illusions). La vaste esplanade de la
place d’Armes verra défiler des spectacles adaptés au rassemblement de rue.  La place de l’Ange prendra de la hauteur avec l’indispensable grande roue.

C’est l’un des rendez-vous incontournables dans la capitale de la Wallonie. Cabarets sous chapiteau, animations de rue, entresorts, marionnettes, ambiance musicale : la ville devient une gigantesque fête.

 

Le royaume des Carmes
Profitant de son statut de rue piétonne pendant les trois jours de Namur en
Mai, la rue des Carmes s’inscrit à nouveau dans les festivités namuroises et se
présente en tant que « royaume féérique ». Cela sous l’impulsion d’un groupe de
commerçants qui sont en train de réussir le pari de redynamiser cette artère
faisant aussi office de lien entre le quartier de la gare et le bas de la ville.
Différents (petits) spectacles seront ainsi proposés dans plusieurs commerces
ayant pignon sur rue et le programme du « royaume où tout le monde est roi »
est aussi rythmé par deux temps forts. Le samedi soir, un banquet royal organisé
par la coopérative Paysans-Artisans devrait rassembler un maximum de
convives autour de la longue table dressée dans la rue, avec un menu 4 services
proposé à 17€. Le dimanche, la rue sera envahie par un marché vintage et des
créateurs, avec cette fois à la manoeuvre l’association le Hang’Art et le magasin
voisin L’Empreinte belge. Ajoutez un crieur public, les concerts expérimentaux
de l’agitateur culturel Manu Foutrak (le vendredi soir), diverses animations musicales et l’apéro Dring des cyclistes namurois, et vous aurez une idée plus précise de l’ambiance régnant dans le royaume

En pratique

11-12-13 Mai 2018
La monnaie d’usage sur place st le NEM , dont la valeur à l’unité est de 2,5€.

Beaucoup de spectacles sont gratuits
mais il y a aussi bien sûr des représentations payantes

Infos : www.namurenmai.org

 

Intéressé de connaitre la suite de notre article ? Commandez notre revue ou  Abonnez-vous