Tourisme

Tourisme : la bataille de l’Ardenne

Les Ardennais de France, de Belgique et du Grand-Duché de Luxembourg font cause commune pour valoriser un vaste territoire touristique qui se veut « étonnant et enchanteur ». Ils se rassemblent autour de la marque Ardenne.

 

Au niveau touristique, on identifie facilement la Bretagne, l’Auvergne, l’Alsace ou encore le Valais. Ces régions, comme bien d’autres, ont développé avec succès une politique marketing axée sur une marque territoriale. Chez nous, l’idée fait doucement mais sûrement son chemin depuis une dizaine d’années. Il s’agit d’associer un territoire transfrontalier, s’étendant sur trois pays, à une même marque identitaire : l’Ardenne.

C’est vrai que ce vaste massif forestier en forme de poumon vert n’a que faire des frontières et se déploie sur les Ardennes françaises, mais aussi sur les provinces belges de Luxembourg, de Liège et de Namur, et encore dans la moitié nord du Grand-Duché de Luxembourg. Bref, à l’heure de l’émergence des grandes régions, il faut plus que jamais faire cause commune pour valoriser ce patrimoine touristique, et donc économique. Et tant pis si, côté Wallonie, les Sambriens, les Hesbignons, les Condruziens, les Famennois ou autres valeureux Gaumais auront toujours du mal à s’identifier comme des Ardennais : l’heure est maintenant à l’efficacité en terme de communication. Déjà parce qu’un peu plus au nord, quand les néerlandophones belges ou hollandais mettent le cap sur le sud vallonné et boisé tout proche, c’est pour se rendre en Ardenne. Et, pour eux, cette merveilleuse terre de vacances commence au sud de Bruxelles. On constatera aussi que Namur, capitale de la Wallonie, se présente toujours comme la « Porte des Ardennes belges ».

 
L’Ardenne française prend du galon
Depuis toujours associés à leur prestigieuse et pétillante voisine qui n’en finissait pas de leur faire de l’ombre touristique au sein de la très officielle Région Champagne-Ardenne, les Ardennais de France s’étaient depuis longtemps résignés à leur sort de contrée oubliée.
En 2015, lorsque la réforme territoriale a fait passer le nombre de régions de 22 à 13, le département des Ardennes s’est retrouvé dans un vaste territoire baptisé Grand-Est, qui, outre la Champagne, regroupe aussi la Lorraine et la très touristique Alsace. De quoi se ronger les sangs, un peu plus encore, du côté de Charleville.
Et voilà que l’espoir renaît avec cette fameuse marque Ardenne, forte de son ancrage transfrontalier, qui met tout à coup en lumière un vaste territoire fier de son identité affirmée. En « débordant » sur la Belgique et le Grand Duché, l’Ardenne en bleu-blanc-rouge se trouve une nouvelle vitalité qui réjouit et motive les acteurs locaux du tourisme. D’autant que la région Grand-Est a intégré la marque territoriale Ardenne transfrontalière dans son nouveau schéma touristique régional. De là à boire une… coupe de champagne pour trinquer aux nouveaux enjeux

Intéressé de connaitre la suite de notre article ? Commandez notre revue ou  Abonnez-vous